Centre ville : la grande priorité du mandat

Mettre en perspective l'action de notre équipe pour la redynamisation de notre centre ville est une tâche délicate car elle fait appel à différents plans de l'action municipale, rendant toute vision d'ensemble plus complexe.

L'entretien et la propreté sont par exemple une condition préalable à toute action efficace (nous avons changé de prestataire depuis début mai), mais le mobilier urbain joue aussi un rôle important, tant le détail est ici souvent primordial, et nous avons commencé à changer l'ensemble de ce mobilier (poubelles, bancs), en place depuis 1989…. Comme le fleurissement, qui est ici comme ailleurs un moyen simple de renforcer l'agrément de notre ville, et qui a été sensiblement renforcé, notamment devant la mairie.

L'urbanisme est toutefois  l'élément majeur et incontournable de l'attrait d'un coeur de ville, comme le démontrent certaines villes voisines, qui ont réussi dans ce domaine…

Dans notre ville, et depuis la chute spectaculaire de la municipalité sur ce thème il y a 21 ans, la rénovation et l'embellissement n'ont plus fait partie des priorités municipales, c'est dommage. Nous avons mesuré au cours des deux dernières campagnes l'attente et la frustration de nombreux Fontenaisiens dans ce domaine, tant sur l'aspect de notre centre ville que sur le déclin commercial.

Nous nous sommes de ce fait fixés des objectifs ambitieux de rénovation de l'axe principal de Fontenay, la rue Boucicaut. Rythmée par deux places et un carrefour, c'est la concentration majeure et historique de l'activité commerciale de Fontenay-aux-Roses. Le charme de notre cité justifie que l'on mette en valeur ce remarquable équilibre qui représente une part du bien vivre à Fontenay.

La place de l'église, dans un triste état, nécessitait une rénovation des sols et des éclairages. L'oeuvre de Jean Letourneur, dégradée aussi bien pour ce qui est de sa partie érigée que des fontaines, est difficilement récupérable, l'éclairage est obsolète et ne répond plus aux normes, l'accessibilité des magasins et immeubles n'est pas conforme aux obligations légales actuelles…

Grâce aux engagements pris par Patrick Devedjian, président du conseil départemental, dès le lendemain de notre élection en 2014, nous avons pu récupérer les sommes initialement prévues pour le contrat de ville 2014-2017 et pour lesquelles aucun dossier de projet n'avait été constitué par notre ville. Malgré un délai très court, les services techniques ont pu monter ce dossier de rénovation et plusieurs autres chantiers plus légers (démolition de la tribune du panorama, démolition du bâtiment amianté de l'école de la roue, réfection de la rotonde de l'école du Parc…)

Nous avons beaucoup de chance de bénéficier de financements importants pour ces travaux (80% des montants totaux) qui nous permettent de financer ces actions malgré les difficultés financières de notre ville.

Un traitement qualitatif du sol, le choix d'une fontaine séche, un éclairage de qualité devrait redonner à cette place historique de Fontenay un vrai charme. La ville ayant failli à ses obligations d'entretien de l'oeuvre de Jean Letourneur, celui-ci a accepté le remplacement de son oeuvre par une oeuvre de son père, René Letourneur, prix de Rome 1926, grand artiste Fontenaisien dont l'atelier rue Gambetta fait partie des moments forts chaque année des visites d'ateliers d'artistes en septembre. Cette négociation est donc l'occasion de rendre pour la première fois dans sa ville un réel hommage visible et pérenne à ce grand artiste. Les premiers visuels du projet seront soumis à une large concertation en septembre octobre.

La place De Gaulle a fait l'objet de nombreux projets d'aménagement, plus ou moins importants selon les époques. Tous avaient en commun la volonté de fermer la place côté cimetière. Nous avançons vers un projet qui, en plus de cette fermeture, comprendrait un petit bâtiment permettant de délimiter un espace minéral devant l'entrée du Château La Boissière, future maison de la musique et de la danse à partir de 2016, afin de valoriser l'entrée remarquable de ce château construit par l'éditeur des fables de la Fontaine. La construction de plus d'un immeuble dans le "trou" laissé par l'annulation de la construction de logements sociaux permettra la création de plusieurs cellules commerciales supplémentaires.

La réflexion sur le plan de circulation qui sera contemporaine du passage en PLU sera l'occasion de voir si au moins une partie de la rue de Verdun (côté mairie) pourrait être piétonne, au moins certains jours. La mise en valeur du château sera complétée par la création d'un jardin public, côté terrasse actuellement à l'abandon, ce jardin descendant vers le théâtre et poursuivant le cheminement urbain venu de la rue Laboissière.

La plus grande part des aménagements publics devraient être financés par les droits à construire des logements privés et de ce fait ne pas peser sur les impôts des Fontenaisiens.

Le carrefour de la Cavée cumule aujourd'hui les handicaps : Bâtiment condamné en partie et squatté régulièrement, immeuble Hôtel en état très médiocre, problèmes de circulation liés au trafic, aux bus et à l'épingle à cheveux de la rue Ledru Rollin, parking encombré de voitures et difficultés pour les piétons lorsqu'ils souhaitent traverser…

Notre projet est ici la transformation de ce carrefour en place de la cavée, comprenant un terre plein central et une giration obligatoire, des trottoirs très élargis, une protection accrue des piétons.
La création de cellules commerciales supplémentaires permettra de renforcer l'activité commerciale du centre ville. Ce projet devrait permettre la création d"un parking souterrain d'une cinquantaine de places.

Le nombre de logements construits à l'occasion de ces deux projets est relativement faible. Inférieur en tous cas au nombre prévu dans les projets de logements sociaux de la précédente équipe. Nous ne pensons pas utile de continuer à construire des logements sociaux en centre ville puisque Fontenay a la particularité d'en comprendre un taux quasiment équivalent au centre et en périphérie (42,5%, majoritairement des PLAI pour toute la ville, un peu moins de 40% en centre ville). L'objectif est ici clairement qualitatif, définir un coeur de ville le plus attractif possible, les constructions ayant comme rôle principal la définition des espaces et la création de cellules commerciales.
Ici encore le modèle économique repose sur le financement de la plus grande part de l'espace public rénové par les contributions liées aux droits à construire de logements privés et ne couter que le minimum (rien si possible) à la municipalité.

Le renforcement du commerce de notre centre ville est une condition incontournable de la réussite de la revalorisation urbaine en cours. En plus des actions déjà détaillées et qui visent à accroître l'agrément de notre coeur de ville, une politique commerciale volontariste est mise en oeuvre, sur le modèle de ce qui est fait par exemple à Montrouge depuis 10 ans. Une volonté affirmée d'intervention pour les nouvelles installations de commerces, afin de diversifier l'offre et d'éviter autant que possible les échoppes de services, un partenariat accru avec les commerçants (que nous rencontrons en mairie régulièrement), des opérations conjointes, la création d'un site marchand, l'installation de places minutes ou la réservation de place dans le parking du marché…. sont autant d' éléments du puzzle commercial. La discussion autour du marché et de sa possible mise en régie, l'aménagement déjà réalisé de la disposition des étals, une signalétique adaptée qui nécessite la renégociation de notre contrat avec Decaux (et qui permet la réimplantation de deux kiosques sur la place De Gaulle) sont des éléments liés qui illustrent combien on ne peut séparer pour cet objectif de centre ville les différents aspects, souvent très distincts, qui participent pourtant à un même objectif : relancer notre commerce local, car une ville attractive est avant tout une ville commerçante…

La réussite sera au rendez vous si les conditions sont réunies pour que notre ville soit un endroit où il fait bon vivre et où l'envie de flâner un peu sans raison particulière nous prenne parfois…

Laurent Vastel